Cliquez ici et ajoutez le moteur du site Ateliers d’écriture de Matthieu Giroux à votre barre de recherche de Firefox Un redémarrage peut être nécessaire pour prendre en compte le moteur.

Kaamelott et les Chevaliers de Terre

Licence Creative Common by SA
lundi 28 juin 2021 par matthius

Arthur lut : « Les vingt chevaliers de terre plongèrent leur épée dans le corps d’Arthur. Lancelot les jeta dans leur tombeau avec de l’eau de source. »
Lancelot dit :
- Ça sent le roussi ! Je peux éliminer deux chevaliers, mais pas vingt.
- Non vous gagnez à la fin. Il faut qu’on y aille.
- Je gagne mais vous êtes tué. Qu’est-ce que je vais faire moi ?
- Si on y va, on aura l’effet de surprise. Et puis, ce sont des chevaliers de terre en plus.
- Non ! Vous voulez mourir plus tôt ?
- Bon ! À un mois près oui !
- Vous n’êtes pas beau joueur.
- C’est à dire.
- La logique serait d’attendre ces chevaliers pour éviter de mourir avant.
- Je ne vais pas mourir. J’ai une armée.
- Mais ce sont vingt chevaliers !
- J’y vais avec les chevaliers de la table ronde. Ça vous va. Comme ça, on sera à égalité !
- Je n’ai pas envie de mourir.
- Vous gagnez, Lancelot ! Bon ! Vous devez venir avec moi parce que vous me sauvez.
- Non vous mourrez ! Si vous mourrez je meure.
- Je ne vais pas mourir si on y va un mois à l’avance !
- Qu’est-ce que vous en savez ?
- Allez ! Vous ne voulez pas devenir glorieux. C’est ça ?
- C’est à dire ?
- Vous voulez que je meure et garder la gloire pour vous.
- Bon d’accord ! J’y vais mais avec du vin.
- Pourquoi avec du vin ?
- Parce que je bois du vin, pas de l’eau.
- C’est écrit de l’eau de source.
- Ah ! J’avais compris de l’eau de ressource.
- Bon ! On amène un sceau avec une barrique d’eau.
- N’empêche, du vin ça nous aurait permis de nous ressourcer.
- C’est ce que je crains, Lancelot.
- Vous voyez, vous craignez !
- Bon on y va !
Arrivé au tombeau des chevaliers de terre, les chevaliers de la table ronde entrèrent dans le tombeau.
Un chevalier dit :
- 20 chevaliers, c’est beaucoup.
- Vous êtes nombreux. On peut y aller.
- Mais si c’était un traquenard ?
- Non le grimoire existait avant que l’on soit nés.
- Certes ! Mais vous mourrez !
- Ça c’est dans un mois si je ne fais rien.
- C’est un piège !
- Venez !
Les chevaliers suivirent Arthur dans le tombeau. Ils virent dans le tombeau des statues et un puits.
- Tiens de l’eau de source. Je n’aurai pas à ramener le tonneau d’eau.
- Parce que vous n’avez pas amené le tonneau d’eau.
- Non c’était trop lourd.
- Vous pouviez le faire glisser.
- Quoi ?
- Non rien !
- Je vais prendre mon eau pour vous sauver.
- Non avant je m’occupe des chevaliers.
- Sans mon eau. Vous êtes sûr de mourir.
- Et si le bruit de l’eau qui tombe les fait se réveiller.
- Quoi ?
- Bon ! Attendez que je plante Excalibur dans ces statues. Après vous pourrez lancer votre sceau. C’est un ordre.
Arthur plante les chevaliers un à un. Une statue se réveille malgré tout.
Lancelot dit au chevalier :
- Pourquoi vous vous êtes réveillé ?
- J’ai le sommeil léger.
- Vous avez bien dormi au moins ?
- J’ai dormi 150 ans pour tuer Arthur. Normalement, vous deviez jeter le sceau dans le puits pour qu’on soit réveillé. C’était écrit dans la prophétie.
- Le grimoire était piégé. Je savais bien qu’il ne fallait pas lire les grimoires.
Arthur dit :
- Non ! On a gagné ! Abattez le !
- Mais je n’ai pas mon sceau pour le faire tomber dans le puits.
- Il est tout seul. Vous pouvez quand même faire ça !
- Je n’ai pas Excalibur pour transpercer cette statue.
Arthur plongea Excalibur dans la dernière statue. Il dit :
- Vous voyez, c’est de la chair.
- C’est quand même étonnant les grimoires.
- Bon en attendant, aucun chevalier ne m’a servi, même pas vous Lancelot.
- Bien-sûr ! Je n’avais pas mon eau.
- D’abord, fallait venir avec le sceau rempli d’eau, et ensuite c’était un piège. Bon on s’en va !
- Malgré tout, je suis content d’avoir gagné.
- Vous n’avez pas gagné Lancelot, c’est moi qui les ai tués.
- Oui ! Mais je vous ai gagné, Arthur.
- Quand même ! Vous vouliez que je meure aux dernières nouvelles.
- J’ai jamais dit ça ! Je voulais participer à la défaite des statues.
- Elles auraient gagné si j’avais été tué.
- Quoi ?
- Non rien !
Arthur et les chevaliers de la table ronde partirent du tombeau remplies de statues transpercées et d’un chevalier de terre enterré.